100% Bureau versus O% Télétravail,
ou 100% Télétravail versus 0% Bureau.
Entre les deux un savant dosage

Tout ou Rien, 100% ou 0%?

Il y a de cela 6 mois à peine, votre entreprise ne pouvait imaginer avoir une activité sans ses salariés présents physiquement au bureau.

Depuis 5 mois, la donne a changé et on est passé de tout à rien. Je m’explique.

Tout, parce que la présence était à 100 % dans les bureaux jusqu’au 17 mars 2020, aujourd’hui la présence est à 0 % dans les bureaux et 100% à la maison pour beaucoup d’entre elles encore à ce jour et ce jusqu’au plus tôt mi-septembre, voire pour certains jusqu’en décembre.

Oui,Mais ? 

Connaissez vous cette phrase, source de questionnement et de réflexion, voire d’opposition.

Oui, mais, alors que votre entreprise ne pouvait imaginer auparavant un autre mode de fonctionnement que la présence des salariés à 100 % au bureau, voilà que maintenant, on est à 0% dans encore bien des cas.

La question que j’ai envie de vous poser:

Avez-vous pesé tous les impacts de ce changement ?

Avez vous pris le temps de réaliser de manière basique, un tableau incluant les points positifs et les points négatifs, et ce du point de vue de l’entreprise et du point de vue du salarié?

Oui, pour certains d’entre vous

Non, pour d’autres

Et pour les troisièmes, la question ne se pose même pas, car pour vous, demander à chacun son avis, n’est pas productif.

C’est à vous que je m’adresse, les non par manque de temps et par refus du processus. Cette question a pour but de faire un état des lieux sur ce que chacun ressent, et non ce que chacun veut, et dans le but de gagner en productivité.

En quoi est ce important?

Etablir ce genre de diagnostic va vous permettre de confronter les deux visions


Oui, pour certains d’entre vous

Non pour d’autres par manque de temps

♻️Et pour certains, la question ne se pose même pas, car pour vous,  demander à chacun son avis n’est pas productif.

 

A cela, je vous répondrais Il n’est pas question de demander ce que chacun veut, mais plutôt de faire un état des lieux sur ce que chacun ressent et qu’à l’inverse, cette question peut même se révéler un élément dans la  productivité.

 

En quoi est ce important ? 

Établir ce genre de diagnostic va vous permettre de confronter les deux visions afin de voir s’il y a une adéquation entre le point de vue de l’entreprise et le point de vue du salarié.

Pourquoi me direz vous demander au salarié ce qu’il en pense ?

Après tout, celui-ci a un travail à faire et peu importe le cadre, l’essentiel est la tâche. J’y mettrais personnellement un bémol. Je suis persuadée de deux choses, la première faire rentrer tout le monde dans la même case est illusoire, il y a des individus qui sont « formatés », oui je sais le mot est un peu fort, vous m’en excuserez, pour travailler dans un environnement de bureau, et d’autres qui sont « formatés » pour travailler hors contexte. 

Jusqu’à présent, on demandait aux individus hors contexte de s’adapter au monde du bureau, et depuis le 17 mars, c’est l’inverse qui s’est produit. Dans les deux cas, l’entreprise faisait face à des absences, pour des maux divers pouvant aller jusqu’à la surcharge mentale, ou le burn out, depuis le 17 mars, rien n’a changé, ou c’est tout pareil sauf que ce ne sont plus les mêmes personnes qui sont concernées.

 

Si, on imaginait un instant, que de se pencher sur le profil de chacun des salariés pouvait être un axe de votre service RH, quels en seraient les conséquences ?

Affiner un peu plus les aptitudes de chacun de vos salariés, afin de coller au plus juste à la réalité de votre entreprise. N’est ce pas là l’idéal de tout chef d’entreprise? Des ressources présentes, actives, réactives et pleine de créativité.

Cette question, je me la suis souvent posée, y a t’il un bénéfice à cela?

La réponse, je l’ai eu, quand j’ai moi même été confrontée au télétravail.

Ma concentration était dupliquée par deux, j’avais des résultats plus probants, et plus j’étais dans un environnement en adéquation avec mon mode de fonctionnement, plus j’étais productive, notamment lorsque je travaillais hors du contexte de l’entreprise et hors de chez moi. On est bien d’accord que nous sommes tous des individus, donc par définition tous différents, et ce qui s’applique à moi, ne s’applique pas forcément à quelqu’un d’autre.

Obligé un individu à un temps de présence en entreprise, alors qu’il est à l’opposé de ce profil, nuit à l’ambiance de l’entreprise, à contrario, l’inverse est également valable.

 

La situation que nous connaissons à ce jour, n’est elle pas l’occasion de regarder cela de plus près?Tout d’abord, en s’intéressant aux personnes déjà embauchées, mais ensuite en définissant dans les critères d’embauche, votre ou vos souhaits.

Et la performance, y avez-vous pensé ? avez-vous besoin de salariés qui soient présents ou qui soient performants. Avez vous besoin des forces vives de votre entreprise, pour faire face à cette période inconnue sous cette forme jusqu’à’ à ce jour, avez-vous besoin de garder votre équipe, ou préférez vous qu’elle parte?

Voici les questions auxquelles il est urgent de répondre.

J’en ajouterais une.

Ne pourrait on pas trouver un modus vivendi, qui permette  à tout un chacun de s’y retrouver.

 

Oui, allez vous me dire, si on doit tenir compte des profils de chacun, on ne va pas avancer. 

Et bien, tout au contraire, vous allez avancer encore mieux et plus vite car, soyons honnêtes, cette période est compliquée, plus nous serons en phase, plus nous pourrons traverser la houle qui nous submerge, le navire tangue, ne le laissons pas chavirer sous prétexte d’habitudes, mais au contraire mobilisons nous. S’adapter  permettra à votre entreprise de passer cette période trouble et de se transformer pour encore mieux repartir.

 

Ce n’est qu’un avis, si vous le partagez, faites appel à moi, en tant que coach, je pourrais vous guider vers cette voie du questionnement pour votre entreprise, et ce, sans que cela la remise en question du fonctionnement soit totale, mais plutôt une adaptation à un monde qui change

Catégories : Non classé